Évaluation des conditions professionnelles des artistes d’art performance au Canada

mai 31, 2019 Non classé pas de commentaire

Évaluation des conditions professionnelles des
artistes d’art performance au Canada

 

30 mai 2019 — De mai à août 2018, Artist-Run Centres and Collectives Conference / Conférence des collectifs et des centres d’artistes autogérés (ARCA), Canadian Artist Representation / Le Front des artistes canadiens (CARFAC) et le Regroupement des artistes en arts visuels du Québec (RAAV) ont mené des recherches sur les conditions professionnelles des artistes d’art performance au Canada. Ces organismes ont pris part à l’étude en tenant compte de leurs mandats respectifs de soutenir les diffuseurs et les artistes, et en sachant implicitement que de nombreux diffuseurs d’art performance au Canada sont également des artistes.

L’ARCA a fait circuler un sondage en ligne au sein des différents réseaux de centres d’artistes autogérés et de festivals d’art performance au Canada, tandis que le CARFAC/RAAV a transmis un sondage à ses membres et a interviewé des artistes d’art performance professionnels. Ces deux sondages, qui présentent de nombreuses conclusions communes, offrent un aperçu actuel et détaillé des exigences particulières de ce domaine, recommandent des modifications au barème de redevances du CARFAC/RAAV et mettent en lumière toute une gamme de pratiques exemplaires présentement en cours dans ce secteur.

Les recherches ont été entreprises à la suite de discussions tenues pendant une série de réunions de la communauté, lesquelles ont été lancées en 2012 par la Live International Performance Art Biennale de Vancouver, puis reprises tous les deux ans par les diffuseurs de différents festivals, comme la Biennale d’art performatif de L’Écart (Rouyn-Noranda, Québec), FAAS (Sudbury, Ontario), M:ST (Calgary, Alberta) et RIAP/RIPA (Québec/Wendake, Québec). Les sondages font état des structures et du soutien déjà en place des festivals d’art performance et des centres d’artistes autogérés, mais les réponses obtenues offrent de plus un éclairage pertinent sur les révisions à apporter au barème des tarifs recommandés du CARFAC/RAAV et sur la nécessité d’établir des lignes directrices en matière de pratiques exemplaires pour améliorer les conditions professionnelles des artistes d’art performance qui présentent des œuvres grâce au soutien d’organismes canadiens – des organismes qui, bien souvent, s’y connaissent peu en présentation d’art performance.

En somme, les résultats du sondage indiquent que les organismes, tout comme les artistes, doivent revendiquer de meilleures conditions par la négociation, et contester les hiérarchies qui existent entre les formes artistiques en atelier et les formes artistiques hors atelier. Les résultats montrent aussi une distinction entre les conditions offertes par les festivals et celles offertes par les centres d’artistes autogérés (lesquels disposent de ressources comme des espaces d’exposition et des sources de financement stables, et dont les programmes sont faits selon un calendrier cyclique). Les données issues du sondage montrent clairement que les festivals ont besoin d’un meilleur appui pour présenter de l’art performance, d’autant plus qu’ils sont en compétition avec des festivals beaucoup plus gros pour l’obtention de financement.

L’art performance est peut-être la pratique la plus difficile à définir parmi les arts visuels. Il comprend des actions furtives, des projets relationnels, des œuvres de longue durée, des happenings et des manœuvres. Par conséquent, définir un barème de tarifs recommandés n’est pas chose facile et ne peut être fait correctement sans tenir compte du point de vue des artistes qui travaillent dans ce domaine.

Quelque 51 participants ont répondu au sondage de l’ARCA (mené du 2 au 19 mai 2018), la majorité d’entre eux représentant des centres d’artistes autogérés et des festivals dont le budget de fonctionnement correspondait à celui des organismes de Catégorie I du barème des tarifs minimums recommandés du CARFAC/RAAV (< 500 000 $). Au total, 154 participants ont répondu au sondage du CARFAC/RAAV (mené en août 2018), et 10 artistes d’art performance ont été interviewés individuellement. Vous pouvez consulter un CARFAC-RAAV-ARCA-Sommaire des deux rapports, en français et en anglais. Pour accéder aux versions complètes des rapports (en anglais seulement), veuillez en faire la demande directement auprès de l’ARCA ou du CARFAC.

Appel à candidatures pour le conseil d’administration – 2019

mai 13, 2019 Non classé pas de commentaire

Appel à candidatures pour le conseil d’administration

CARFAC est à la recherche de membres pour son conseil d’administration, qui fera l’objet d’une élection lors de son assemblée générale annuelle (AGA). Si vous êtes un-e artiste professionnel-le des arts visuels ou médiatiques et que l’idée d’œuvrer à l’amélioration des conditions de travail de vos collègues artistes en exercice par la promotion et l’éducation vous motive, vous pouvez soumettre votre nom à notre comité des candidatures.  Toute mise en candidature doit être appuyée par deux membres actuels de CARFAC.

CARFAC s’efforce d’être un espace inclusif et sécuritaire pour tous et de refléter fidèlement la diversité des diverses communautés artistiques qu’il sert. Nous encourageons fortement les candidatures d’artistes qui sont membres de communautés marginalisées, sous-représentées ou mal desservies, en particulier les personnes qui s’identifient en tant que membre des Premières Nations, Métis ou Inuits, ou personnes racisées ; les personnes appartenant à la diversité des identités sexuelles et de genre (y compris les LGBTQ2+) ; les personnes vivant avec un handicap, etc.

Tous les administrateurs sont élus par les membres lors de l’AGA pour un mandat de deux ans, qui peut être reconduit deux fois (maximum de trois mandats consécutifs). Lors de l’AGA de 2019, six des quatorze postes d’administrateur bénévole seront ouverts en vue d’être comblés par de nouveaux candidats ou des candidats réélus. Après l’AGA, le conseil d’administration choisira ses dirigeants, conformément aux règlements de CARFAC.

Si vous désirez poser votre candidature à un poste de membre du conseil d’administration, veuillez remplir le formulaire de Mise-en-candidature soumettre une courte biographie, par courriel, au plus tard le 5 juin. Nous nous engageons à adopter des pratiques de recrutement équitables. Vous avez la possibilité d’inclure dans votre courriel une note indiquant : « J’aimerais que ma candidature soit envisagée dans le cadre d’un recrutement fondé sur l’équité ». Bien que nous vous invitions à justifier cette demande, ce n’est pas obligatoire.

Veuillez examiner attentivement les responsabilités décrites ci-dessous afin de vous assurer que vous êtes en mesure de les assumer. Si vous n’êtes pas membre actuellement et que votre candidature est retenue pour cette élection, la majorité des postes exigent que vous soyez membre en règle.  Le dépôt d’une candidature n’entraîne pas nécessairement une invitation à vous présenter aux élections. Si votre candidature n’est pas retenue cette année par notre comité des candidatures, nous conserverons votre dossier pour les années à venir.

Pour de plus amples renseignements sur CARFAC National et le rôle des membres du conseil, veuillez envoyer un courriel à April Britski, directrice générale.

Devoirs et responsabilités des membres du conseil d’administration de CARFAC

Le service de membre du conseil d’administration de CARFAC exige du temps, du dévouement et un engagement à l’égard des buts et objectifs de CARFAC. Pour que CARFAC puisse remplir son rôle unique et refléter les points de vue de l’ensemble de ses membres, les administrateurs et administratrices de CARFAC National doivent remplir pleinement leur rôle et leurs fonctions. Elles et ils sont responsables d’établir les objectifs, de définir les politiques et les priorités de notre organisation et d’approuver les plans en fonction des objectifs.

Nous encourageons vivement la candidature d’artistes professionnels des arts visuels et médiatiques qui se préoccupent de justice sociale et qui ont fait la preuve de leur engagement dans le domaine de l’organisation communautaire. Une expérience dans les domaines des finances organisationnelles, des questions juridiques ou relatives au travail concernant les artistes est considérée comme un atout.

Les membres du conseil d’administration de CARFAC sont tenus d’agir de bonne foi et dans l’intérêt supérieur de CARFAC National, de déclarer officiellement tout conflit d’intérêts réel ou apparent, et de respecter la confidentialité des renseignements sensibles. La diligence raisonnable exigée des administrateurs consiste notamment à assister aux réunions du conseil et à se tenir au courant des affaires de CARFAC en lisant les documents préparés pour les réunions, les bulletins papier et les bulletins électroniques d’information. Habituellement, le conseil se réunit physiquement deux fois par an ; à cela s’ajoutent des téléconférences du conseil et de ses comités, en fonction des besoins.

Rapport annuel national de CARFAC

août 1, 2018 Non classé pas de commentaire

En 2018, CARFAC célèbre son 50e anniversaire. Il est important de se rappeler que depuis plus de cinq décennies, des milliers d’artistes ont consacré temps et énergie à travailler ensemble d’un océan à l’autre, et au-delà. Comme l’a déjà dit notre fondateur Jack Chambers, CARFAC fait appel aux « faiseurs », aux gens qui s’efforcent de créer eux-mêmes les conditions dans lesquelles ils veulent vivre et travailler.

C’est ce que nous avons continué de faire depuis, et encore cette année.

Notre travail a toujours consisté à défendre le droit de l’artiste à une représentation et à une rémunération équitables. En commençant par la création de notre barème de tarifs, qui a évolué par la suite. Il y a plus de dix ans, nous avons conclu avec les musées et les centres d’artistes autogérés un accord volontaire sur les redevances d’exposition et, il y a deux ans, nous avons entrepris une consultation afin d’évaluer les tarifs en cours dans le domaine des arts médiatiques. En 2018, nous avons mis en place une nouvelle catégorie de tarifs pour les grands musées et, cette année, tout en continuant de travailler sur les tarifs en arts médiatiques, nous avons entrepris deux nouvelles consultations : l’une en vue d’évaluer les honoraires associés aux arts de la performance, l’autre dans le but d’appuyer les conservateurs indépendants dans la mise en œuvre de leurs propres lignes directrices en matière de rémunération des artistes.

 

En 2015, comme le prévoit la Loi sur le statut de l’artiste, nous avons été habilités à négocier notre première convention collective avec le Musée des beaux-arts du Canada, aux côtés de nos collègues du RAAV. De janvier à mars, nous sommes retournés à la table de négociation et, en mai, des artistes en arts visuels de partout au Canada ont voté en faveur d’une nouvelle entente avec le Musée. Cette entente, en vigueur jusqu’en 2022, comprend plusieurs augmentations notables des redevances et des droits versés aux artistes, ainsi que des modifications à la convention collective, lesquelles facilitent la gestion pour toutes les parties.

En amont de la négociation, nous avions profité du mentorat de la Canadian Actors Equity Association (CAEA). Notre équipe a pu travailler avec le personnel de la CAEA en septembre dernier, tandis qu’en décembre, Arden Ryshpan a organisé un atelier sur les négociations pour notre conseil d’administration et notre personnel, et a agi à titre d’observatrice durant nos négociations avec le MBAC en janvier. La CAEA nous a fait connaître les politiques et procédures internationales de gestion des conventions collectives et de formation des nouveaux membres des comités de négociation, ce qui sera très utile à CARFAC pour élaborer un manuel de politiques internes.

Nous sommes également activement engagés dans le travail de plaidoyer et la promotion de propositions politiques visant à améliorer les conditions de travail des artistes. L’été dernier, nous avons présenté des recommandations sur le budget fédéral et participé à la Journée des arts sur la Colline de la Coalition canadienne des arts. Plus tôt cette année, nous avons reçu des témoignages d’artistes ayant été récemment soumis à des examens, des réévaluations, voire une vérification par l’Agence du revenu du Canada. En mai, cela a donné lieu à une déclaration ; nous travaillons depuis sur cette question avec un sous-comité sur le traitement fiscal des artistes de la Coalition canadienne des arts. Vous pouvez consulter ici notre note d’information à propos de ce comité.

Alors que le gouvernement fédéral a commencé son examen statutaire de la Loi sur le droit d’auteur, nous avons participé à ce processus de plusieurs façons. En octobre, il est prévu que vous fassions une présentation devant le comité permanent de l’industrie, des sciences et de la technologie ; le mémoire que nous présenterons devrait être disponible sous peu. Ce mémoire  comprendra des recommandations sur la mise en œuvre du droit de suite de l’artiste, l’élargissement du droit d’exposition aux œuvres créées avant 1988, et des propositions de changements en matière d’utilisation équitable. Nous plaidons depuis longtemps pour le droit de suite de l’artiste, en particulier ; au cours des deux dernières années, nous avons assisté à des réunions à Genève et à New York, où les représentants de différents pays se réunissaient pour examiner le droit de suite dans une perspective internationale. Bien que les changements législatifs exigent du temps, nous espérons que cette campagne portera bientôt ses fruits.

En 1990, nous avons fondé un collectif de gestion du droit d’auteur, CARCC, maintenant connu sous le nom de Droits d’auteur Arts visuels, et nous menons conjointement plusieurs projets. Nous avons notamment travaillé sur un outil de concession de licences et de calcul de droits en ligne pour artistes et diffuseurs d’art, qui devrait être lancé à l’automne. Nous allons également co-organiser une série de présentations qui offriront une vue d’ensemble complète du droit d’auteur pour les artistes en arts visuels et les services qu’offrent les collectifs. Nous sommes également sur le point de travailler avec Droits d’auteur Arts visuels et d’autres groupes à développer un Guide de ressources pour les autochtones en matière de propriété intellectuelle. Le but de ce guide consiste à sensibiliser les artistes, les présentateurs et le public aux fondements du droit d’auteur, aux savoir traditionnel, aux questions d’authenticité et d’appropriation culturelle ainsi qu’au respect des protocoles culturels.

Nous sommes depuis toujours une association d’artistes travaillant pour les artistes. Ensemble, les conseils d’administration de CARFAC National et de nos filiales régionales regroupent environ 100 artistes élus. Nous nous sommes engagés à offrir le conseil le plus représentatif possible ; ainsi, nous travaillons à l’élaboration d’une nouvelle politique de nominations pour notre organisme.

Notre petit bureau de personnel à temps plein et à temps partiel, engagé dans la promotion et la diffusion dans l’espace public des intérêts et les préoccupations des artistes professionnels, est composé des personnes suivantes : April Britski (directrice générale), Renuka Bauri (directrice des communications et de la défense des droits),  Charlie Laghi-Ford (coordonnateur des membres), et Rose Ekins (agente de la concession de licences auprès de Droits d’auteur Arts visuels).

Nous nous employons à fournir aux artistes des outils pour les aider à prospérer sur le plan de la créativité comme sur le plan financier. En 2017, dans des collectivités du Canada, nous avons présenté sur le thème « Bâtir sa carrière » des ateliers, des séminaires, des baladodiffusions, des webinaires et des communiqués d’intérêt public et émissions de radio pour les artistes en arts visuels. En juin dernier, à Edmonton, lors de notre assemblée générale annuelle, plusieurs présentations ont été faites sur ce sujet, dont certaines sont maintenant disponibles sous forme de balado.

Notre congrès national de 2018 se tiendra à Ottawa du 7 au 9 septembre. Nous sommes reconnaissants d’avoir la possibilité de nous rassembler sur le territoire traditionnel non cédé des Algonquins Anishnaabeg, et nous rendons hommage à toutes les Premières Nations, aux Inuit et aux Métis pour leurs précieuses contributions passées et présentes à cette terre.

Lors du congrès de cette année, nous reviendrons sur les jalons que CARFAC a mis en place au cours de son histoire et nous discuterons de nos nouvelles priorités, qui aborderont notamment les développements en matière de droit d’auteur et de fiscalité, les lignes directrices sur une rémunération équitable en arts visuels, ainsi que les mécanismes et les politiques porteurs de changement dans les arts dans un contexte international. Nous espérons vous y voir nombreuses et nombreux !

Enfin, nous souhaitons reconnaître que notre travail de l’an dernier n’aurait pas été possible sans le soutien du Conseil des arts du Canada, du Conseil des arts de l’Ontario, de la Fondation Access Copyright, d’Emploi et Développement social Canada, d’Assurart, de l’AFBS, de la CRHRC, du RAAV, de Droits d’auteur Arts visuels, et bien sûr, de l’ensemble de nos membres, qui nourrissent continuellement notre force en tant que voix collective.

Par April Britski, directrice Générale de CARFAC National

Mais avez-vous payé l'artiste? Has the artist been paid?