Skip to Content

Ritchies paiera un Droit de suite aux artistes lors de son prochain encan

La maison de vente aux enchères Ritchies de Toronto vient d’annoncer qu’elle entend dorénavant verser aux artistes une redevance de Droit de suite sur la revente de leurs oeuvres, et ce, dès son prochain encan intitulé Project Contemporalis. Par ce geste, Ritchies fait oeuvre de précurseur puisqu’il s’agit de la première maison canadienne de vente par enchères à prendre cette décision.

Selon Gordon Gothreau, qui dirige le département d’art contemporain de Ricthies, “les maisons de ventes aux enchères profitent depuis trop longtemps de la vente d’oeuvres d’artistes canadiens célèbres sans donner rien en retour. Le Canada doit faire plus pour protéger ses artistes et leur accorder un Droit de suite est le premier dans cette direction.”

Ritchies vient donc rejoindre un nombre grandissant de professionnels du marché de l’art qui approuvent l’adoption du Droit de suite sur la revente des oeuvres artistiques. Ainsi, la galerie Cube, d’Ottawa, verse des redevances de Droit de suite aux artistes depuis sa fondation, il y a neuf ans. “Pour moi, il n’y a aucun débat à y avoir, c’est la bonne façon d’agir envers les artistes”, a déclaré Don Monet de la galerie Cube.

CARFAC et le RAAV espèrent toujours que le gouvernement canadien introduira une législation sur le Droit de suite qui s’appliquerait à l’ensemble des professionnels du marché de l’art. Avec des appuis de plus en plus nombreux chaque jour, cela semble maintenant possible.

La semaine dernière, à l’émission “Q” diffusée à la radio de la CBC, le Droit de suite et la mise en vente d’une série de gravures de Cape Dorset ont fait l’objet du monologue d’ouverture de Jian Ghomeshi. De plus, même la revue The Economist a publié récemment un article appuyant l’adoption du Droit de suite.

Manon Pelletier , présidente du Regroupement des artistes en arts visuels du Québec, s’est dite ravie de l’initiative de Ritchies : “Bravo à Ritchies, c’est un bel exemple à suivre pour l’ensemble des marchands d’oeuvres d’art. Un petit pourcentage du prix de revente peut faire une grande différence pour l’artiste.”

Apportez le droit de suite au Canada


Photo : ©iStockphoto.com Oxford